Premières communions à Dompierre

le dimanche 06 septembre, quelques jours seulement après la rentrée des classes, c'est aussi fête et rentrée en paroisse avec les premières communions reportées à cause de la crise sanitaire

Le virus traîne toujours et les célébrations reportées à la rentrée doivent avoir lieu ! Prudence donc, les mouvements seront limités aux communiants. Deux bancs par famille pour ainsi restreindre le nombre de fidèles et chacun dispose d'un espace, d'un ilôt. Tous masqués, le mètre de distanciation n'est pas de rigueur puisqu'il s'agit d'une même famille par ilôt. Un véritable casse-tête pour les catéchistes, pour les familles....Mais c'est jour de fête et personne ne veut entamer la bonne humeur et l'excitation des enfants qui attendent depuis longtemps ce grand moment !

Ils sont 13 ce matin à Dompierre à vivre le sacrement de l'Eucharistie et Lucas pour le baptême.

La messe débute par une procession d'entrée, c'est le parrain du futur baptisé qui porte la croix, suivi des communiants qui portent une rose qu'ils déposent devant l'autel. Chacun rejoint sa famille.

C'est Lucas qui est d'abord appelé pour les rites du baptême: le signe de croix puis l'onction de saint chrême. Ne pouvant toucher l'enfant à cause de la Covid-19, l'abbé Henri oint le jeune avec un coton tige. Pour les autres gestes de l'eau et de la lumière ils seront effectués plus tard après le temps de la parole.

Ce dernier est composé des lectures et de l'homélie puis de la prière universelle. L'homélie est assurée par le doyen qui n'a pas la tâche facile car les textes du jour ne sont pas évidents pour les enfants ! Mais le sacrement qu'ils vivent aujourd'hui est important: une première communion... une hostie, le corps du Christ qui les nourrit chaque dimanche et les aide à affronter les petits défis ou problèmes de la semaine. Ces enfants ont grandi physiquement, intellectuellement et spirituellement, à tout âge l'Eglise demande que l'on s'engage. Aujourd'hui ils le font devant nous en communiant pour la première fois ou en recevant le baptême. Parents, parrains, marraines, vous êtes présents pour les accompagner et poursuivre leur éducation dans la foi, les aider aux jours de doutes, les encourager dans les moments plus joyeux. Même jeunes,  ils doivent trouver leur place dans l'Eglise. En cela vous pouvez les y aider en vous renseignant auprès de la paroisse pour le service de l'autel, une chorale....

Les communiants ont ensuite la charge de lire la prière universelle: on pense aux absents, aux défunts de nos familles, aux malades, au monde si fragile depuis presque un an, au Liban, aux pays en guerre....Les intentions ne manquent pas...

Puis vient le moment pour Lucas d'être baptisé, seule ses parents, son parrain, sa marraine sont autorisés à se rendre au fond de l'église, au baptistère. Les autres enfants lui font une haie d'honneur et c'est en tant que baptisé qu'il remonte l'allée centrale sous les refrains " tu es devenu enfant de Dieu et frère de Jésus". Comme il est "grand" il prend lui même la lumière au cierge pascal entouré de son parrain et sa marraine qui l'accompagneront dans d'autres étapes de sa vie chrétienne, ils s'y engagent en lui transmettant cette flamme !

On entre ensuite dans le temps Eucharistique, au moment de la prière du Notre Père, les enfants sont appelés dans le choeur autour du prêtre avec leurs catéchistes. Après avoir récité la seule prière que Jésus nous ai apprise, ils vont recevoir Jésus dans leur main et ensuite ils communieront ensemble devant l'assemblée.

Avant de regagner leur famille, leur ilôt ils se placent pour mimer et gestuer le chant de sortie qui dit bien malgré les restrictions sanitaires le sens de la fête de ce jour " l'esprit de fête éclatera dans nos mains, dans nos yeux, dans nos coeurs, et nous verrons notre terre fleurir d'amour sous le soleil"

Que ces touchantes paroles puissent pénétrer le coeur de l'assemblée et se vivre en famille, entre voisins, au travail....

Belle fête à ces 13 communiants et bienvenue à Lucas dans la famille de "enfants de Dieu"

 

Article publié par Dorothée QUENNESSON • Publié le Lundi 28 septembre 2020 • 71 visites

keyboard_arrow_up